YOCHK'O
YOCHK'O 

Vouloir appréhender Yochk'o, c'est déjà le trahir, c'est être réducteur, décalé, abscons. Il faudrait créer des néologismes pour tenter de cerner à la fois, le peintre, le musicien, le compositeur et le sculpteur...

 (Lire plus)

Un Nouvel Album

enrichi de collages sur toile, signés Yochk'o

 

"Je suis né en Hongrie et sentimentalement je tiens à concrétiser cette "hongarité" avec cet album. J'ai en effet commencé à jouer du tarogato à 4 ans. Il m'est donc essentiel de promouvoir cet instrument chargé d'histoire".

 

Le tarogato, un ancêtre du saxophone, produit national hongrois, dérivé du "sifflet turc" amené par les ottomans, n'avait en ffet pas que des vertus musicales, mais servait également à émettre des signaux d'alerte lors des soulèvements populaires contre l'envahisseur autrichien.

Pour faire entrer cet instrument en modernité, Yochk'o a réalisé une combinaison unique de plusieurs tarogatos, d'un piano dont il joue lui-même et de percussions pour la plupart électroniques. Il a également choisi des musiciens qui ne sont pas de simples lecteurs. Ils sont surtout des virtuoses improvisateurs dotés de fortes personnalités, mais qui savent se fondre dans la pensée du compositeur. Le résultat : une musique aux conflits d'un folkore hongrois réinventé, du jazz et de la musique contemporaine, aux rythmes souvent impairs marqués par de vertigineux tutti de tarogatos dont les sonorités boisées mais modernisées par le jeu des différents interprètes contrastent avec les percussions souvent électroniques.

Serge Bertocchi, solliste contemporain renommé avec plus de trente disques à son actif, sait tout jouer avec le coeur et la tête. Frédéric Couderc, soliste du Paris Jazz Big Band, nous gratifie de parties virtuoses étonnantes et sonne plus hongrois qu'un musicien du cru ! Laurent Matheron est un fidèle du Yochk'o, aussi à l'aise dans la répertoire contemporain que dans l'expérimentation. Le cinqième tarogatiste, Didier Malherbe, n'est plus à présenter (Gong, Hadouk Trio puis Quartet) il apporte sa touche de douce folie à l'édifice. Les percussions (djembe électronique, congas) sont opérés par François Causse, autre compagnon de route de Yochk'o, ancien des Percussions de Strasbourg.

Jean-Jacques Leca

Expositions  & Concerts 2018

Galerie les Métamorphozes

Domaine du Prieuré  -  41120 Valaire

http://metamorphozes-artcontemporain.com/

Tél. : 02 54 44 14 62 

15 avril 2018 

Exposition "NOKRAM"

17:00 Concert "Paris Tarogato Quartet"

 

 

1 Place du Chateau - 41000 Blois - Tél. : 02 54 90 33 33 

http://www.bloischambord.com/

12 juin 2018

18:00 - Vernissage, cooktail

20:00 - Concert "Tarogato" gratuit

 

13 juillet 2018

20:00 - Concert "Hangosh Trio"

Yochk'o Seffer, Didier Malherbe, François Causse

 

Exposition du 12 juin au 18 juillet 2018

Galerie 

                         Évènement 

Sortie nouvel album

"HANGOSH, l'Homme Primitif"

Depuis le 10 mars et jusqu'au 2 avril a lieu l'exposition Yochk'o Seffer à la galerie Hélène Nougaro à Paris.

Le saxophoniste Yochk'o Seffer est né le 10 juillet 1939 en Hongrie. Son père était clarinettiste soliste de l’Opéra de Miskolc sa ville natale. C’est après la Libération, à l’âge de six ans, qu’il commence véritablement l’apprentissage de la musique. Réfugié en France en 1956, Yochk'o Seffer est un élément atypique du paysage musical de ces cinquante dernières années. Compositeur, improvisateur, peintre, sculpteur y compris de ses propres instruments, fondateur ou co-fondateur de groupes comme Perception, Zao, Neffesh-Music ou Yog, il a été également membre de Magma.

Pour Yochk'o Seffer, la peinture est de la musique qui se voit. « Plus on veut être libre, plus on est ordonné, ainsi, j’ai besoin d’une structure pour la démolir, la contredire, exprimer le non qui est dans le oui. »

Au début de la création de Yochk'o Seffer, il y a toujours l’inspiration, l’idée. Elle donne à sa peinture la structure interne, l’ordre et la loi, qu’il invente pour ne pas être perdu dans l’univers auquel il est confronté. Le corps humain, celui de la femme, notamment, est, pour lui, l’objet le plus immédiatement intéressant, car le plus sensuel, le plus désirable et le plus poétique.

Il sort parallèlement un album en duo avec le percussionniste François Causse, « Hangosh, L'Homme Primitif » chez Quart de Lune (dist. UVM)

 

 

 

 

Yochk'o SEFFER

Peintures et sculptures sonores

 

Né en Hongrie en 1939 et réfugié en France en 1956, Yochk'o Seffer est un élément atypique et essentiel du paysage musical de ces cinquante dernières années. Compositeur, improvisateur, peintre, sculpteur y compris de ses propres instruments, fondateur ou co-fondateur de groupes comme Perception, Zao, Neffesh-Music ou Yog, il a été également membre de Magma.

Pour Yoshk'o Seffer, la peinture est de la musique qui se voit.

"Plus on veut être libre, plus on est ordonné, ainsi, j'ai besoin d'une structure pour la démolir, la contredire, exprimer le non qui est dans le oui."

Au début de la création de Yochk'o Seffer, il y a toujours l'inspiration, l'idée. Elles donnent à sa peinture la structure interne, l'ordre et la loi, qu'il invente pour ne pas être perdu dans l'univers auquel il est confronté. Le corps humain, celui de la femme, notamment, est, pour lui, l'objet le plus immédiatement intéressant, car le plus sensuel, le plus désirable et le plus poétique. Yochk'o y cherche l'universel de la vie, dans un particulier remontant à ses origines paysannes hongroises.

0490 - Mixité 1970